dimanche 28 septembre 2014

THE KINKS - Face to face - 1966

Chronique de l'album de The KINKS - Face to face - 1966

Après un premier album où l'on retiendra essentiellement "You really got me" et "Stop your sobbing", un deuxième album avec "Tired of waiting for you" et un troisième album avec les grands "Till the end of the day", "The world keeps going round" et "Where have all the good times gone", voici l'album de 1966, "Face to face", qui comporte son lot de perles et assoit la direction artistique du groupe, beaucoup plus acoustique et variée.
La pochette est psychédélique même si le groupe n'y est pas, d'ailleurs Ray Davies ne voulait pas de cette illustration.
J'ai découvert cet album au début des années 90, j'ai d'ailleurs encore le vinyle !
Ce n'est pas le chef d'oeuvre des Kinks, mais il comporte quand même de très bons morceaux, et pour ça, 4 étoiles sont apposées à cet album.


1. Party line : Le titre commence par une sonnerie de téléphone. C'est un morceau assez simple, efficace sans être exceptionnel. C'est Dave Davies qui est au chant.

2. Rosy won't you please come home : Très bon morceau avec quelques notes de clavecin, typique de l'époque. J'aime beaucoup le côté nonchalant de ce titre.

3. Dandy : ***** Grand morceau de Ray Davies accompagné à la guitare acoustique, très sautillant et caustique au niveau des paroles. Ce titre fut un hit, tout comme la version des Herman's Hermits en 1966.

4. Too much of my mind : Le clavecin est à nouveau au rendez-vous pour ce morceau sympa typique des Kinks.

5. Session man : Introduction au clavecin, pour un morceau accrocheur et une très belle mélodie.

6. Rainy day in June : Un coup d'orage introduit le titre que j'aime beaucoup, inquiétant et pesant. "Everybody felt the rain"...

7. A house in the country : Un morceau rock plutôt banal auquel je n'accroche pas trop. A noter que les Pretty Things en ont fait un petit hit en 1966.

8. Holiday in Waikiki : Des bruits de vagues introduisent ce morceau auquel je n'accroche pas non plus, et que je trouve trop banal.

9. Most exclusive residence for sale : Introduction à la guitare électrique pour un bon morceau rock et une mélodie sympathique. Les choeurs sont par contre un peu gnangnan...

10. Fancy : Ambiance indienne sur ce beau titre calme et relaxant. Il ne manque que le sitar !

11. Little Miss Queen of Darkness***** Un petit bijou que ce titre acoustique sautillant et rafraichissant ! J'adore !

12. You're looking fine : Troisième morceau assez faible de l'album, assez blues dans l'esprit, mais le refrain est horrible ! C'est le deuxième morceau chanté par Dave Davies.

13. Sunny afternoon***** Le summum de l'album, et de tous les albums des Kinks d'ailleurs, ce morceau est une "tuerie", un must, un bijou indémodable tant au niveau de la musique que des paroles. Le meilleur des Kinks dans toute sa splendeur !

14. I'll remember : Ce titre me fait penser aux Beatles, mais je n'accroche pas vraiment à la mélodie...

* * *
Attardons-nous sur les titres sortis à la même époque, et figurant sur l'édition 2004 du CD en bonus tracks :

1. I'm not like everybody else : C'est un titre intéressant, mais je le trouve un peu saoulant par moments, un peu monocorde je devrais dire.

2. Dead-end street***** Grand titre des Kinks, un de leurs sommets, j'adore la musique et les paroles, je ne m'en lasse pas ! Il est sorti en 45 tours juste après la sortie de l'album. Une trompette vient embellir le tout sur les couplets.

3. Big black smoke***** Excellent morceau que cette "grosse fumée noire" qui commence par des sons de cloches.

4. Mister Pleasant***** Encore un excellent morceau joyeux et nonchalant de Ray Davies, joyeusement caustique et entraînant. La partition piano est superbe et les paroles collent bien à la musique. "How are you today...", "life is easier now..."...

5. This is where I belong : C'est un bon morceau pop-rock, paru en face B de 45 tours et sur la compilation "The Kinks Kronikles" en 1972. Assez classique mais efficace.

6. Mr Reporter : C'est un morceau simple, assez répétitif, et donc pas très intéressant... Il est chanté par Dave Davies.

7. Little women : Un instrumental sympa sans être révolutionnaire, qui ne semble bien sûr pas fini. Dommage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...