lundi 15 septembre 2014

THE WHO - The Who Sell Out - 1967

Chronique de l'album de The Who - "The who sell out" - 1967

Après un premier album relativement banal, et un deuxième album intéressant mais manquant de morceau vraiment explosif (à part peut-être "Don't look away" que j'aime particulièrement), voici le troisième album des Who, où le génie créatif de Pete Townshend va exploser. C'est un album parfait, mêlant pop, psychédélisme et inventivité, sorti l'année de ma naissance (un bon cru ;-)).
La pochette est extraordinaire et correspond bien à l'esprit de l'album de lier la publicité à la musique. Heinz a râlé au début mais c'est vite aperçu de la pub gratuite qui en découlerait. En tout cas, personne ne me fera jamais manger de baked beans, à plus forte raison en regardant cette pochette haha!

Je connais cet album depuis le début des années 80 et je le redécouvre à chaque fois, donc 5 étoiles pour cet album qui est un sommet de génie créatif !


1. Armenia city in the sky : Après un tout premier jingle publicitaire reprenant les jours de la semaine, la chanson composée par Speedy Keen commence en fanfare. C'est un bon titre des who chanté par Roger Daltrey, peut-être un peu surchargé au niveau instrumentation mais ce n'est pas si grave.

2. Heinz baked beans : ***** Hop un autre jingle et ce morceau déjanté complètement à part, sans réelles paroles surgit (excepté "what's for tea"). Des cuivres tonitruantes pour un morceau très court que j'adore. C'est John Entwhistle qui a composé ce titre et il s'en est donné à coeur joie ! On peut le rapprocher de "Cobwebs and strange" du précédent album.

3. Mary Anne with the shaky hands***** Un autre morceau que j'adore, folky à souhait, avec guitare acoustique et percussions et ses paroles assez osées si j'ai bien compris.

4. Odorono : Pete Townshend est aux vocaux sur ce titre pop assez sympa sans être exceptionnel.

5. Tattoo ***** Un joli jingle façon comédie musicale des années 50 pour Radio London introduit cet excellent titre chanté par Daltrey, avec ce superbe arpège à la guitare électrique. Et ce refrain est à tomber ! Les paroles quant à elles parlent du rite de passage (devenir un homme en se tatouant...).

6. Our love was : Une petite chanson d'amour chantée par Townshend, que je n'apprécie pas vraiment. C'est pour moi le titre le moins bon de l'album, même si ce n'est pas non plus un ratage. C'est de la pop toute bête avec accompagnement classique à la guitare électrique.

7. I can see for miles : C'est le morceau le plus connu de cet album, et cette guitare électrique rageuse y est pour beaucoup, tout comme le chant de Daltrey au mieux de sa forme. Très bon couplet, et refrain entêtant, du rock psychédélique qui colle à fond à son époque. On imagine bien Pete Townshend faire ses tourniquets avec sa guitare en sautant comme un déchaîné !

8. Can't reach you***** Encore une nouvelle perle dans cet album décidément très novateur et mélodique. Chanté par Pete Townshend, et précédé par un jingle country, ce titre commence par une belle intro au piano, une magnifique mélodie au couplet, et ce refrain qui arrache tout avec sa basse et ses choeurs angéliques.

9. Medac : John Entwhistle est aux manettes sur ce titre court (0mn57). Accompagnement à la guitare électrique, c'est un titre sympa et original.

10. Relax : Chanson pop, avec l'orgue proéminent, chanté par Roger Daltrey et Pete Townshend. Ce n'est pas une perle mais il se laisse écouter simplement.

11. Silas stingy : Un troisième titre de John Entwhistle, avec une mélodie originale et un refrain attachant. On y ressent des similitudes avec "Boris the spider" du même auteur.

12. Sunrise ***** Pete Townshend chante et joue de la guitare seul sur ce magnifique titre, folky et aérien. C'est une des premières chansons que j'ai aimée des Who. L'intro est à tomber et la voix est suave et aigüe sur les couplets.

13. Rael (1 and 2) : Qualifiée de mini-opéra rock, cette composition est très belle, la plus longue de l'album (5mn43) avec de nombreux changements de style et de rythme. L'intro a un côté fanfare sans cuivres, et l'orgue donne un côté pastoral.

* * *
En résumé, "The Who Sell Out" est pour moi le meilleur album des Who, qui représente bien l'année 1967, le son et la pochette sont d'époque même si à ce moment là, c'était très novateur.

* * *
Musiciens :
- Roger Daltrey : lead and backing vocals, percussion
- John Entwistle : bass guitar, backing and lead vocals, horns, sound effects
- Pete Townshend : guitar, backing and lead vocals, keyboards, pennywhistle, banjo, sonovox on "Armenia in the City"
- Keith Moon : drums, backing vocals, percussion, sound effects
Guest :
- Al Kooper : keyboards, organ

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...