dimanche 18 janvier 2015

PENTANGLE - The Pentangle - 1968

Chronique de PENTANGLE - The Pentangle - 1968

Premier album du groupe, voilà un tour de force par une musique très originale et osée dans des années soixante bercées entre le rock, la pop et la musique Motown. Le folk song y connaît son heure de gloire aussi, mais pas encore le renouveau du folk anglais qui commence avec des groupes tels que Fairport Convention, Steeleye Span, et bien sûr, Pentangle.
Mais mêler le jazz au folk est vraiment la marque de fabrique de Pentangle, grâce à une section rythmique solide (Danny Thomson à la contrebasse et Terry Cox à la batterie).
Les deux guitaristes, Bert Jansch et John Renbourn, étaient déjà connus du circuit folk avant de créer le groupe. Ce sont deux figures énormes de la guitare et ils ont appporté et influencé énormément de personnes (dont moi-même).
J'ai découvert cet album en 1988, trouvé en vinyle d'occasion couplé avec "Cruel Sister". Ce fut une révélation. Mon vinyle n'avait pas cette pochette avec les silhouettes, c'était une compilation.
C'est un album presque parfait, aucun morceau faible ici, et à ce titre je lui mets sans problème, 5 étoiles !

1. Let no man steal your Thyme : ***** Une intro à la contrebasse, avec archet, et ce sublime morceau folky et jazzy en même temps nous transporte avec la voix de Jacqui McShee. Le ton est donné avec ce traditionnel que j'adore et qui est l'un des meilleurs morceaux du groupe.

2. Bells : Cette composition du groupe est un instrumental où, comme sur tout l'album, les deux guitares s'entremêlent et la section rythmique s'en donne à coeur joie, sur un folk-jazz enlevé. Un petit solo de batterie très jazz trône en plein milieu du morceau.

3. Hear my call : Jacqui McShee chante ce morceau jazzy avec une voix lancinante. C'est un morceau sympa, quoiqu'un peu répétitif.

4. Pentangling***** Voici la quintessence même du groupe, avec des mélodies et un tempo sublimes. C'est le meilleur de l'album. Bert Jansch rejoint McShee au chant pour notre plus grand bonheur. Ce morceau est quasiment progressif de par ses différents mouvements, solos, parties chantées, et sa longueur (7:12). On a même le droit à un solo de contrebasse (joué avec les doigts). "I had a dream of love all night long"... Le morceau finit par une partie plus folk qui tranche avec la première partie du titre.

5. Mirage : Ce titre est composé par Bert Jansch, assez lent, chanté par McShee. Rien de spécial si ce n'est qu'il est assez court (2:00).

6. Way behind the sun : Encore un superbe morceau, qui sonne jazz et chanté par McShee, avec des solos de guitare intéressants.

7. Bruton Town***** Troisième joyau du disque, j'aime particulièrement quand Bert Jansch joint sa voix à Jacqui McShee. Les mélodies sont très fortes, toujours folk avec rythmique jazz, c'est vraiment du pur Pentangle. Le mélange des deux guitares est ici le meilleur.

8. Waltz : L'album se termine par un instrumental intéressant, avec une bonne mélodie de guitares au début. Le morceau part ensuite en jazz pur cru avant de devenir plus calme où des claquements de main viennent rythmer les guitares, puis vient un solo de contrebasse avant de reprendre le thème initial.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...